Topographie aérienne du Moyen-Nord (2000)

« Installés aux murs, les tableaux tridimensionnels Topographie aérienne, sites no 30 et no 31 sont des créations largement imaginaires. Corbeil y recycle objets et matériaux avec un humour sublime. Comme devant chacune de ses sculptures, l’ironie ici est que nous éprouvons le sentiment d’observer une civilisation étrangère à la nôtre, encore qu’elle lui ressemble beaucoup. […] L’oiseau fabriqué de façon presque folklorique et dont les ailes battent, l’hélice de cuivre de ce ventilateur enchâssé dans le paysage, même le plastique transparent qui gonfle toujours si nonchalamment, tout cela suggère une civilisation bien en avance sur la nôtre, mais à laquelle nous pourrions tout aussi bien appartenir. »

John K. Grande, « Les ironies gonflables de Daniel Corbeil », dans Nacelle en perspectives, opuscule d’exposition, Expression, Centre d’exposition de Saint-Hyacinthe, 2002.